« 151 - Clin d'oeil - Aubaine d'hosties | Accueil | "Le pape ne viendra pas à Québec pour le 400ème" par Garnotte - Le Devoir »

Commentaires

Patrick ( Montréal)

c'est vrai que Loblaws a toujours été plus cher pour les fruits et légumes tout en ayant une qualité et un choix moindre. Je me demande si ça a à voir avec le fait que Loblaws nous est arrivé d'Ontario il y a quelques années et qu'ils nous facturent les prix de là- bas. Il ont acheté Provigo et c'est la meme chose pour eux. Les fruiteries indépendantes ont souvent des produits et des prix super avantageux, et ça vaut la peine de faire son magasinage à l'européenne si on a la chance d'habiter pas loin des grands centres. meme chose pour les boulangeries, boucheries, et fromageries...Il y a 10 ou 15 ans on ne pouvait rien trouver d'interressants ailleurs que dans un supermarché. Et c'est grace à toutes ces petites boutiques maintenant qu'on a fini par avoir du choix et de la qualité.

Alcib

Moi je n'hésiterais pas à partir en croisade contre ces grands réseaux de distribution, et tout particulièrement contre les grandes surfaces.
L'un de leurs arguments, quand ils s'installent quelque part, c'est que leur pouvoir d'achat leur permettra d'offrir des prix plus avantageux à la clientèle locale. Or, on se rend compte, et tes comparaisons le confirment, que leur premier argument est complètement faux, voire malhonnête. Leur premier souci est de s'accaparer de plus grandes parts de marchés pour augmenter leurs profits.

On fait tout pour attirer le client, quitte à mener à la faillite ou à la fermeture tous les petits ou moyens commerçants de quartier.

Et ces grands réseaux drainent hors du Québec les profits provenant du porte-monnaie des Québécois. Sans compter que, la plupart du temps, leurs sources d'approvisionnement ne sont pas particulièrement québécoises.

Durant des années, j'ai été un client de Provigo. Depuis que la compagnie ontarienne Loblaws a acheté Provigo, je n'y vais presque plus car je m'y sens vraiment comme en Ontario, sans parler de l'anglais qui s'y impose de plus en plus au détriment du français.

Chez Provigo, par exemple, un camembert français coûte exactement un dollar de plus que le même camembert au marché Métro voisin. Et c'est ainsi pour de très nombreux produits.

Loblaws et Provigo ont des difficultés financières et ont décidé de les régler en faisant payer plus cher le client. Si celui-ci est le moindrement débrouillard, il ira voir ailleurs et se rendra compte qu'il se fait littéralement voler chez Provigo et Loblaws.

Mais, de toute façon, les grandes surfaces de l'alimentation ne sont jamais les bons endroits pour acheter fruits et légumes. Les petits ou moyens commerçants de quartier ou, mieux encore, les marchés comme le marché Atwater, Jean-Talon, etc., offrent des fruits de meilleure qualité, plus frais et moins cher : à moins d'être masochiste, il faut éviter les grandes surfaces pour l'achat de ses fruits et légumes.

T

Les légumes et les fruits sont assez chers en France aussi ...La bouffe peu chère est assez grasse ...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Météo

Cartes

Horloges

  • MONTREAL
  • PARIS - LIMOGES - BREST

août 2010

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Earthball


Google Analytics