« 232 - Balade montréalaise côté fleuve | Accueil | 234 - Clin d'oeil cosmétique »

Commentaires

Guillaume

Article trés intéressant, et qui résume beaucoup de choses !

Nous sommes sur le départ (on vient d'avoir le visa), et les fameuses "sources diversifiées" dont tu parles, recoupe souvent ton avis.

Ca me rassure, je crois que j'ai bien cerné notre futur nouveau contexte socio-culturel !

Merci pour ce billet !

sophie

En effet Denis c'est un très bon résumé.

Aller à la rencontre de cette province à diverses saisons pour être sure de pouvoir s'acclimater, je pense que certains ont du avoir des déceptions... lorsque l'on dit hiver c'est hiver.

Samuel

Salut Denis !
très efficace, ton billet, ca a le mérite de remettre les pendules à l'heure chez ceux qui croient à leur "rêve" canadien, en occultant tous les à-côtés fastidueux, pénibles, embarrassants... Il manque peut-être une précision : peut-on tenter l'aventure à tout âge ? Je crois personnellement, même si les expat' sont bien plus à mêmes de me contredire, que passé un certain cap, ca devient plus difficile de se lancer dans une nouvelle aventure : les enfants, une longue expérience dans un milieu pro solide, être proprio, tout ca, peut-être, (encore une fois, je n'ai pas assez de recul...) bloque les "rêveurs" du Nouveau Monde...
En tout cas, ma toute petite expérience sur le sol québécois m'a appris un truc : à rester enfermé dans sa culture, sa langue parfois, ses habitudes, on peut en venir à détester son nouveau chez-soi, sa nouvelle patrie ( ca n'a pas été mon cas, par chance, mais je l'ai observé !). L'exemple est flagrant dans tout pays bien sûr, des exemples récents autour de moi (dans un petit village de montagne pourtant !) montrent bien que sans effort pour s'intégrer, ce n'est pas seulement soi-même qu'on pénalise, mais également les enfants, et tous ceux qui essaient de les aider autour (c'est du vécu !).
A bientôt, Sam.

[Denis: C'est très vrai, l'âge est certainement un facteur à prendre en compte. Il n'est pas toujours évident de se remettre en question, de s'adapter, de redémarrer "à zéro" après la quarantaine. Cela dit, je ne pense pas que cela soit propre au Canada.
Le risque est de rester trop attaché à ses repères français, d'y faire toujours référence, et finalement ne pas s'intégrer au pays d'accueil.]

Annaïck

Voilà un article fort intéressant et qui mérite d'être honnête. La dernière phrase doti bien résumer en plus. Bon la je suis dans la phase on surf, on surf, on lit, on lit, bref je me renseigne !
Merci pour l'article très objectif et a la fois personnalisé :)

[Denis: Merci Annaïck ! Je répondrai à ton courriel très prochainement]

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Météo

Cartes

Horloges

  • MONTREAL
  • PARIS - LIMOGES - BREST

août 2010

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Earthball


Google Analytics