« 263 - Automne à Montréal (2) | Accueil | 265 - Clin d'oeil vestimentaire - Le 36 »

Commentaires

Laeti

Je suis d'accord avec toi, c'est quelque chose qui m'a toujours frustrée.
C'est pourquoi d'ailleurs je vais autant dans les bibliothèques, qui sont, elles, gratuites et extrèmement bien fournies...

[Denis: C'est sûr qu'une grande lectrice comme toi doit trouver cela pénible. Les bibliothèques de Montréal - gratuites et bien achalandées - offrent un accès aux livres intéressant. Cependant, on apprécie parfois de garder (posséder ?) un livre après sa lecture...]

sophie

Je suis d'accord avec toi Denis sur le fait de vouloir garder un livre...
Si ce sont des livres récents, j'ai en effet remarqué qu'ils étaient assez chers. Pour les éditions plus anciennes tu peux aller dans les boutiques de livres usagés ; ils ont un choix assez large et les livres de bonnes qualités.

[Denis: Tout à fait vrai ! Il faut juste ne pas forcément vouloir un livre précis ... à d'avoir de la patience.]

Jean-Marc

Le prix du livre, et de la presse, est effectivement prohibitif au Québec. Moi qui étais un très très gros consommateur de presse quotidienne et hebdomadaire en France, j'ai dû me résoudre à n'acheter que de temps en temps le Point, l'Express, ou Marianne qui sont certes trouvables, mais déraisonnables (bien évidemment, le prix affiché par l'éditeur est majoré de la taxe !)De ce fait, je n'ai pas renoué en France avec cette habitude d'achat qui était celle avant mon expatriation. En matière de news, d'ailleurs, Internet fournit l'essentiel. En ce qui concerne le livre, même un simple livre de poche devenait un produit de luxe. J'en ai acheté cependant quelques uns, mais laissé aussi sur place. Une exception toutefois. J'ai acheté certains très beaux livres (notamment de cuisine) à des prix fort intéressants, à Chapters Indigo. Il faut parfois "chiner" un peu pour réussir quelques bonnes affaires. Mais il est vrai que, culturellement parlant, au Québec, il vaut mieux aller voir un film au ciné qu'acheter un bouquin... Ou d'acheter un CD : même une nouveauté française est meilleur marché au Québec qu'en France. Je n'ai pas essayé, par contre, de commander sur Amazon.fr et de me faire livrer des livres (jolie répétition !) au Québec. Malgré le prix de l'expédition, peut-être cela reste-t-il encore intéressant ?

[Denis: Non, je ne pense pas que cela soit intéressant car - outre le prix de l'expédition - tu paieras des taxes (le prix du contenu est indiqué sur le colis) et des frais de traitement. Bref, en final, c'est pas un bon choix]

laurence

Je dévore tellement que je me suis ré-inscrite à la bibliothèque l'an dernier alors que ça faisait genre 15 ans que j'avais arrêté ! Mais parfois j'achète un livre quand je veux le lire tout de suite et le revend sur Ebay ou quand je veux aussi le garder !

[Denis: jamais fait mais je peux comprendre,]

Patrick

encore les livres de poche ça va, mais quand il s'agit de se payer un best seller directement importé de France, on parle parfois du simple au double. je refuse de payer 42$ pour un bouquin de 400 pages qui se retrouvera coincé sur une étagère pendant 20 ans en attendant que je le reprenne un jour quand je ne me souviendrais plus de l'avoir dejà lu
Patrick ( Montréal)

[Denis: une solution: attendre que le livre sorte en format poche. Donc de la patience...]

André

Je lis mes journaux sur PC en numérisés.
La Presse et le Journal de Montréal me coûte $14/mois
Pour les journaux et revues française c'est: http://www.relay.com/index.html
C'est pas cher et en plus tu sauve la planète en protégeant des arbres.

Alcib

C'est vrai qu'avoir de grandes poches ne réduit pas le prix du livre en édition courante ;o)

sam

Quand j'étais à Mtl, ma prof de fac avait publié un livre sur l'histoire des missions jésuites (et autres) en Nouvelle-France, livre auquel j'avais collaboré pendant 3 semaines pour l'aider à finir l'index. Je l'ai fais venir directement de France par mes parents, juste après sa sortie en janvier de la même année, car venant d'un éditeur français, même avec un sujet très québécois, il était bien moins cher et plus disponible !
Quand on sait combien de temps les livres nouvellement édités restent en librairie, il n'y a guère qu'en bibliothèque qu'on peut trouver son bonheur !
Sam

Rubin

Hey salut Denis,
ça faisait un bail que je n'étais pas passé par là. j'espère que tu vas bien.
je tenais quand même à réagir au sujet des prix des livres en français au Québec.
Effectivement , je le trouve particulièrement chère (parfois il vaut carrément 40% plus chère qu'en France où on est supposé vivre en Euros).
J'avais ramené toute ma bibliothèque ici car je ne trouvais pas preneur de mes livres en France pensant qu'avec les dollars cela me reviendrai mon chère d'en racheter ici; Et bah figures toi que je me suis rendu compte que je disposais d'une véritable mine d'or en constatant la rareté et le coût des livres en Français(surtout en Informatiques mon domaine. Du coup , je pense que ce qui me ferait retourner en France serait probablement qui ravagerait ma bibliothèque actuelle. Donc pour ceux qui ont l'occasion d'avoir des bouquins en français et qui comptent venir au Québec(surtout techniques), il faut les garder précieusement.
Au fait Denis l'hiver semble commencer timidement cette année, quels sont tes pronostiques pour un hiver rigoureux ? Pour moi cagoules,Blousons,mitaines et chaussures d'hiver sont déjà en alerte....
Qu'est ce que tu veux , je suis un frileux par nature.
Aller bonne journée
Rubin

[Denis: Je ne suis pas encore météorologue, encore moins devin ... donc impossible de prévoir. L'hiver est incontournable de toute façon au Québec, plus ou moins froid et plus ou moins neigeux. Vivement les grands froids ! :-) ]

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Météo

Cartes

Horloges

  • MONTREAL
  • PARIS - LIMOGES - BREST

août 2010

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Earthball


Google Analytics